L'urine devient un excellent engrais

Les potagers de l'école fournissent des légumes pour la cantine, et maintenant encore plus grâce à l'urine fertilisante. (c) Join For Water

Bénin - Dans la région de Mono-Couffo, au sud du pays, 39 latrines de type handi-sexo spécifiques ont été réalisées dans les écoles primaires publiques, pour favoriser l’hygiène et l’assainissement des élèves et du corps enseignant. Et ce n'est pas tout : l'urine est collectée séparément et utilisée ensuite comme engrais.

Ces latrines étaient le fruit des résultats de recherche-action pour trouver des alternatives de solutions au manque de  commodités recherchées par les filles en début d’adolescence  et qui sont à la base de leur absentéisme, la perturbation de la scolarité de ces filles  ainsi qu’à la prise en compte de l’accès des handicapés aux latrines.

Ces latrines sont également spéciales car elles augmentent le rendement des potagers des écoles. Les latrines handi-sexo spécifiques (LHSS) sont des latrines à fosses multiples à quatre cabines avec un urinoir et une douche. Le dispositif est constitué de conduits reliés à des bidons munis d’entonnoir pour recueillir l’urine qui contient de l'azote (essentiellement sous forme d'urée), un peu de potassium dissous, du phosphore, biodisponibles pour les plantes, et d'autres minéraux.

Les urines collectées sont stockées pour un temps de séjour d’hygiénisation pendant 30 jours dans des bidons fermés pour favoriser différents processus de dégradation de l’azote (transformation en ions ammonium et nitrate qui sont les deux formes d’azote directement assimilable par les plantes). Après dilution avec de l’eau elles sont appliquées aux différentes spéculations très souvent pour les besoins de la cantine scolaire ou la vente. Les risques sanitaires liés à l’utilisation de l’urine humaine dans la production agricole sont généralement faibles. La séparation de l’urine à la source constitue une importante barrière contre la transmission des agents pathogènes puisque la plupart des agents pathogènes sont excrétés avec les matières fécales.

En fonction du nombre d'élèves, les écoles peuvent utiliser entre 20 et 40 bidons à urine de 25 litres, bons pour 500 à 1000 litres, par année scolaire. Il est ainsi possible de fertiliser entre 1 000 et 2 000 m2.

Les spéculations auxquelles l’urine hygiénisée est appliquée dans ces jardins sont la grande morelle, le crincrin, la tomate, le piment, le manioc, l’amarante et l’arachide. Cette activité de jardin scolaire vient combler la contrepartie que devront fournir les parents pour la restauration des écoles à la cantine.

Une forme particulière de réutilisation, qui sert à plusieurs fins !